xoco

Ledroit et Mosdi

dimanche 14 janvier 2007 , par yann

Voici une BD incontournable dans son genre. Si vous aimez le fantastique et les polars alors vous êtes obligés de passer par Xoco.

Scénario de Thomas Mosdi et dessin d’Olivier Ledroit vont vous entrainer dans un New york oppressant et inquiétant...

  • scénario : Thomas Mosdi
  • dessin : Olivier Ledroit
  • éditeur : Vent d’ouest
  • cote de l’édition originale : environ 25€
  • ISBN : T1 : 2-86967-219-5 ; T2 : 2-86967-349-3
  • public : public averti, scénario compexe (+ de 14 ans)

Il existe en fait deux cycles : Les deux premiers tomes dessinés par Ledroit et les deux suivants par Christophe Palma. Comme souvent, passer après Ledroit n’est pas chose aisée. Les dessins de Palma sont certes bons, mais il n’arrive pas à la cheville du maitre du fantastique (Ledroit pour ceux qui ne suivent pas). Pour ça je ne présenterai pas plus le second cycle.

  • Petite présentation :

New York, dans les années 30... Un inspecteur enquète sur une série de meurtres sanglants et d’une rare violence. D’un autre côté, un indien mystérieux cherche également ce meurtrier, mais contrairement à l’inspecteur, il sait où il va... Sorcellerie, meurtre, violence sont au rendez vous... Ames sensibles s’abstenir.

La violence est là, tapie dans l’ombre. D’ailleurs, dès les premières pages elle surgit, nous sautant à la gorge. Violence gratuite, sans morale, oppression, peur, fascination, dégout sont les sentiments qui nous viennent face aux dessins de Ledroit... Première page tournée, l’ambiance est posée, on ne peut plus faire marche arrière ; le ton est donné...

Le scénario et les dessins s’allient parfaitement pour créer une atmosphère digne des plus grands polars.

  • critique :

Au premier abord, le scénario est assez complexe, il faudra parfois revenir en arrière pour bien comprendre toute l’histoire. En clair, à ne pas lire à 2h du matin sous peine de ne rien comprendre (je parle en connaissance de cause). C’est bon tout est calme autour de vous, vous êtes reposé ? Alors allez y. Une fois passé le côté complexe, le scénario devient vraiment passionant, en deux tomes tout est dit, tout va très vite (mosdi ne s’étale pas dans une série interminable). Il n’y a pas de place à l’ennui, l’angoisse occupe toute la place. Les rebondissements sont bons et la fin surprenante. Surtout ne vous attendez pas à une fin "et ils vécurent heureux..." vous seriez déçu, et la BD n’en serait que moins bonne.

Côté dessin, c’est du Ledroit, du grand art en clair. Comme le scénario, les dessins sont assez complexes et le profane sera sans aucun doute perdu. Pourtant il y a nombre de repères subtils. Par exemple les flash back mêlés à l’histoire, certains ne sauront plus à quel moment nous sommes, pourtant Ledroit va utiliser une sorte de "code couleur" : les tons bleus représentent l’action actuelle les tons jaunes représentent le flash back (voir planche attachée)

La force de ces dessins est qu’ils vont créer une ambiance très forte, les couleurs sont parfaites, les angles de vues nous montrent une ville sous son côté le moins chaleureux, les angles de fuite captent notre regard pour créer des perspectives impréssionnantes (voir dessin à la fin). Ledroit amène notre regard là où il le veut : vous n’ètes pas vraiment maître de votre façon de lire cette bd. Les dessins vous dicteront l’ordre de lecture des bulles (qui peuvent paraitre semée un peu n’importe où). Bref tout est calculé, le dessin est splendide, les couleurs captivantes. Même la partie intérieure de la couverture participe à l’histoire. Sûrement la meilleure BD qu’il ait dessiné. (comment ça je m’enflamme ?)

En résumé, un BD parfaite selon moi, tout y est, scénario excellent, graphisme à couper le souffle. Un chef d’oeuvre à posséder. Cependant, une BD à ne pas mettre entre toutes les mains : un non initié à la BD n’y comprendra rien et une personne sensible pourrait-être choquée.

 
SPIP  —  Contactez l'association.