Nath

Articles de cet auteur (16)

> Vie de l’association > Rencontres

Rencontre avec Pierre Bordage (10/16)

Octobre 2005 à Lannion

3 juin 2007, par Nath, Vero

Ce qui m’intéresse, c’est le produit fini et ce que je donne aux lecteurs, dont je me suis déclaré à un moment satisfait, dont l’éditeur s’est déclaré à un moment satisfait, même si c’est imparfait. C’est ça la transmission, enfin le bouquin c’est ce qu’il y a de plus achevé pour transmettre quelque chose. Public : Quand vous écrivez un roman, l’écrivez-vous d’une seule traite ou... Pierre Bordage : Ah oui, jour et nuit ! Public : Non, je voulais dire : est-ce que vous revenez dessus après, est-ce que vous (...)

> Vie de l’association > Rencontres

Rencontre avec Pierre Bordage (4/16)

Octobre 2005 à Lannion

8 mars 2007, par Nath, Vero

Je trouve que des gens comme Damasio sont de vraies nouvelles fenêtres ouvertes sur le grand large. Pérégrine : L’auteur allemand Andreas Eschbach, qui vit au Conquet, semble envier la diversité et la richesse des parutions de science-fiction française. Partagez-vous son optimisme ? Pierre Bordage : Il faut dire que Eschbach parle de la science-fiction allemande, qui est totalement sinistrée, et qui ne laisse de place qu’aux auteurs américains de série du type Star wars ou Star Trek. Grosso (...)

> Vie de l’association > Rencontres

Rencontre avec Pierre Bordage (9/16)

Octobre 2005 à Lannion

27 mai 2007, par Nath, Vero

Pérégrine : On peut peut-être maintenant aborder l’aspect plus technique de votre écriture, et je pense que certains élèves du lycée ont des questions à vous à poser à ce propos. Public : Vous dîtes que vous n’utilisez pas de plan, et je me demandais si vous ne prévoyez pas quand même certaines fins ou certains passages dans vos romans ? Pierre Bordage : Cela dépend des romans : il y a des romans qui me viennent dans une sorte de globalité, où je sais à peu près où vont mes personnages. Bon, les (...)

> Critiques > Livres

DAMASIO (Alain) - La horde du contrevent

2 juillet 2005, par Nath

Paru aux éditions la Volte, en 2004, la Horde du contrevent est le deuxi�me roman d’un jeune auteur français, Alain Damasio. Dans cette édition, le roman est accompagné d’une bande originale sur Cd, composée par Arno Alyvan. Sur une planète aux conditions de vie particulièrement difficiles, soufflent des vents terribles, entrecoupés de cyclones. Depuis des générations, des hordes, équipes composées de membres aux compétences complémentaires, se succèdent : elles remontent à pied, à contrevent, et sont (...)

> Vie de l’association > Rencontres

Rencontre avec Alain Damasio (4/13)

Mai 2006 à Lannion

30 septembre 2007, par Nath

Quand on écrit, on ne sait pas [...] On sent qu’on a envie de faire quelque chose, mais on ne sait pas pourquoi, et après, avec le recul, on peut voir. Pérégrine : Le mouvement anarchiste de la Zone du Dehors s’appelle la Volte et votre deuxième roman est publié aux éditions La Volte. Pouvez-vous nous expliquer le lien entre les deux ? Damasio : Cà, j’aime bien, c’est facile. Pourquoi La Volte ? Parce que Matthias, l’éditeur de la Horde du Contrevent, a créé la maison d’édition pour éditer la Horde, ce (...)

> Critiques > Livres

BORDAGE (Pierre) - Les guerriers du silence - Terra Mater - La citadelle Hyponéros

Les guerriers du silence : la trilogie

15 septembre 2006, par Nath

Quelques cent mondes composent la confédération de Naflin, parmi lesquels la somptueuse et raffinée Syracusa. Or, dans l’ombre de la famille régnante, les mystérieux Scaythes d’Hyponéros, venus d’un monde lointain, doués d’inquiétants pouvoirs psychiques, trament un gigantesque complot dont l’instauration d’une dictature sur la confédération ne constitue qu’une étape. Qui pourrait donc leur faire obstacle ? Les moines guerriers de l’Ordre absourate ? Ou faudrait-il compter avec cet obscur employé d’une (...)

> Vie de l’association > Rencontres

Rencontre avec Pierre Bordage (15/16)

Octobre 2005 à Lannion

14 juillet 2007, par Nath, Vero

Peut-être que certains personnages ou certains mondes qu’on traverse déclenchent une envie d’un auteur ou d’un lecteur éventuellement d’en savoir plus sur ce monde ou sur ce personnage-là, et je trouve ça très bien. Nath : Vous parliez d’Orson Scott Card tout à l’heure, qui a repris un de ses personnages, Bean, pour le développer dans le même contexte que dans La Stratégie Ender. Je me demandais si vous n’aviez pas été tenté ou si vous seriez tenté de reprendre un de vos personnages secondaires. Pierre (...)

> Vie de l’association > Rencontres

Rencontre avec Pierre Bordage (5/16)

Octobre 2005 à Lannion

23 mars 2007, par Nath, Vero

Vraiment, je pense que l’écriture est un exercice trop périlleux pour être vain, pour n’avoir aucune influence. Donc pour moi le verbe est important, et je pense que le verbe peut modifier les choses. Pérégrine : Dans vos romans, vous donnez une vision de l’humanité parfois assez négative : elle a détruit son environnement, voire s’est détruite elle-même dans les Fables de l’Humpur. Souvent, l’avenir de l’homme semble passer par une forme de vie supérieure à l’homme : la ruche dans Wang, les post-humains (...)

> Vie de l’association > Rencontres

Rencontre avec Pierre Bordage (16/16)

Octobre 2005 à Lannion

1er août 2007, par Association Pérégrine, Nath, Vero

C’est cela qui est formidable avec l’écriture, c’est la descente dans la mine de soi-même. Dedans on va piocher des trucs qu’on ne pouvait même pas soupçonner. C’est pour cete raison que j’aime bien partir avec l’écriture, parce que l’écriture est vraiment un fil d’Ariane dans un labyrinthe, dans son propre labyrinthe. J’emploie souvent l’image du fond du fleuve : il y a le fleuve, on plonge dedans, et au fond il y a des pépites ; et on peut les ramasser, les remonter, et les donner aux gens éventuellement. (...)

> Vie de l’association > Rencontres

Rencontre avec Alain Damasio (3/13)

Mai 2006 à Lannion

23 septembre 2007, par Nath

En SF... on prend une idée, qui est complètement absurde au départ, ou invraisemblable, puis on la transforme et on l’inscrit dans le réel. On fait évoluer les personnages dans ce réel. Et tout à coup il se crée ce qu’il appelle un "sense of wonder", un sens du merveilleux, une émotion extrêmement particulière Pérégrine : Vous faites beaucoup référence, on l’a entendu, et dans vos romans également, aux philosophes Nietzsche, Deleuze et Foucault. Dans quelle mesure la philosophie est-elle pour vous une source (...)

0 | 10


Envoyer un message

 
SPIP  —  Contactez l'association.